témoignage Catherine

J'aime ma maison, et j'ai envie d'y rester le plus longtemps possible. Depuis que des bambous ont été installés dans la quasi totalité des pièces, je l'aime de plus en plus, et ce pour trois raisons évidentes.

La première concerne l'aspect fonctionnel.
J'ai une maladie grave depuis l'adolescence qui a altéré mes facultés motrices, et face à laquelle je suis seule. Le bambou m'aide à me déplacer dans toute ma maison, à me lever de mon lit, à aller prendre ma douche, à aller me laver les mains, à aller mettre des cd, etc, etc... Les bambous m'aident à préserver mon autonomie.

La seconde raison est visuelle, plus en rapport peut-être avec mon métier d'architecte.
Le bambou crée dans ma maison un espace beaucoup plus intime, beaucoup plus beau, que j'apprécie énormément. Il forme comme une maison dans ma maison. Il compartimente l'espace tout en l'agrandissant. Je trouve ça assez merveilleux. C'est vraiment superbe, d'autant que les couleurs sont en harmonie avec chacune des pièces. 

La troisième raison est purement tactile.
J'aime la prise du bambou. Lorsque je me lève ou que je me déplace, je suis amenée à les toucher, à les prendre dans mes mains, et j'aime ce contact familier. Son toucher me ravit. Le bambou est devenu un ami. 

Ma maison n'est plus la même. J'ai une maladie grave, soit, mais le bambou me permet de voir les choses différemment. Les appareils médicalisés utilisés d'ordinaire sont affreux et impersonnels. Le bambou est quelque chose de beau, de vivant, de gai, qui fait oublier la maladie l'espace d'un instant. Aujourd'hui je ne suis plus seule. Merci aux bambous.